Denis Johnson

  • La Générosité de la sirène regroupe cinq nouvelles teintées de poésie et d'humour, mettant en scène des personnages aussi loufoques qu'émouvants. Loin de poser un regard désabusé sur l'humanité, Denis Johnson fait évoluer ses personnages habitués à la douleur dans des nouvelles douces-amères, magnifiques, honnêtes et drôles. Si le livre se compose de courtes histoires, sa lecture touche le lecteur de manière continue : Denis Johnson est un maître de la qualité plutôt que de la quantité, il fabrique des phrases sublimes capturant les sentiments avec une précision poétique et le lecteur oublie le poids du sujet évoqué pour se concentrer sur le plaisir de la prose.
    La Générosité de la sirène est un chef-d'oeuvre posthume, montrant la capacité extraordinaire de l'artiste à se confronter à sa mort imminente. Cette collection reflète la sensibilité de l'auteur mais également sa lutte pour donner un sens à la vie. Il n'y a plus de temps à perdre dans des bars insignifiants, avec des conversations vides de sens, il n'y a, d'une certaine façon, plus de temps à perdre à faire autre chose. Être vivant est suffisant, jusqu'à ce que la vie s'en aille.

  • Des anges

    Denis Johnson

    Aux yeux des Américains, l'homme qui fuit la société est souvent un héros. Ses appétits de liberté et de grands espaces les font rêver. Mais il arrive aussi que le rêve tourne mal, qu'il devienne cauchemar. Ainsi Jamie Mays et Bill Houston vont-ils sombrer peu à peu dans leurs pires cauchemars. Lui, ancien marin, ancien délinquant, n'a d'autre destination que le nomadisme ou, de nouveau, la prison. Elle, avec ses deux fillettes en remorque, fuit un mariage minable. Ils se rencontrent à bord d'un car Greyhound, en route vers la Pennsylvanie. Ensemble, ils arpentent les quartiers sordides de Pittsburgh et de Chicago, pour échouer à Phoenix, en Arizona, où vit la famille de Bill. Tandis que l'alcool et la drogue conduisent Jamie à l'hôpital psychiatrique, Bill participe avec ses frères au désastreux hold-up d'une banque, abat un gardien et finit dans la cellule des condamnés à mort. Des anges est le premier roman de l'auteur de Déjà mort et Jesus'Son.

    1 autre édition :

  • « Il était une fois une guerre - et un jeune Américain qui se voyait comme l'Américain Discret et l'Américain Laid, il aurait aimé n'être ni l'un ni l'autre, mais plutôt l'Américain Tranquille ou le Bon Américain, il a fini par se considérer comme le Vrai Américain puis, finalement, simplement comme le Putain d'Américain. C'est moi. » Arbre de fumée débute en 1963 dans les Philippines, le jour de l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy et se poursuit jusqu'en 1970 et après. Skip Sands apparaît à première vue très différent des héros habituels de Johnson (des hommes à la dérive, en quête de rédemption...) : c'est un jeune homme naïf, désireux de se prouver à lui-même qu'il peut être un efficace agent de la CIA. Il est convaincu que les Etats-Unis vont vaincre les communistes au Vietnam et souhaite prendre part à cette victoire. Il souhaite ainsi imiter son grand oncle, le colonel Francis Sands, qui est parvenu à échapper aux Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale et s'est ainsi forgé une incroyable légende. Plus que tout, Skip croit dans la bonté et les promesses proclamées par les USA avec une ardeur tout enfantine. Il perd toutefois son innocence lorsqu'il assiste au brutal assassinat d'un prêtre (suspecté à tort de trafiquer des pistolets) par un agent de la CIA dans les Philippines. Ensuite, au Vietnam, il perd définitivement toute illusion lorsqu'il est confronté aux méthodes brutales et sauvages de ses compagnons des services secrets. Il se retrouve malgré lui partie prenante d'un scénario qui implique un agent double - un sympathisant du Vietcong, qui accepte apparemment d'effectuer une mission pour les Américains - et constate qu'il est de moins en moins capable de faire la différence entre les bons et les méchants, les gens honnêtes et ceux qui sont faux, les idéalistes et les mercenaires. Quant au mentor de Skip, il perd aussi foi en sa mission, ou du moins vient à penser que ses supérieurs se sont perdus en chemin. Dans un rapport secret, il sous-entend que les services d'espionnage sont pervertis, qu'ils sont utilisés pour justifier les politiques menées, de la même manière que ces motifs ont été utilisés avec la guerre en Irak, pour en justifier l'invasion. Pour mettre ses hypothèses à l'épreuve, il élabore un plan qui fait de lui la cible de ses propres collègues. A partir de ce moment, Skip et le colonel réalisent qu'ils ne peuvent faire confiance à personne. Entre les histoires de Skip et du colonel Denis Johnson intercale les parcours d'une demi-douzaine d'autres personnes prises dans la guerre. Parmi eux, James Houston, un jeune homme à la dérive qui a suivi son frère dans l'armée et se trouve plongé dans une guerre sans règles, dans laquelle la chaleur, la jungle et la confusion issue de la confrontation à un ennemi opérant selon les méthodes de la guerilla conduit à des actes de profonde brutalité et d'horreur. Il y a également Kathy Jones, une infirmière qui atterrit au Vietnam après que son mari, un missionnaire, a été tué. Elle aura une brève et chaotique liaison avec Skip. On croise aussi Hao, un fonctionnaire vietnamien, qui rêve d'une vie meilleure à Singapour ou aux Etats-Unis, et qui utilise son amitié d'enfance avec un des membres du Vietcong pour tâcher d'éveiller l'intérêt des Américains. En dépit des multiples histoires parallèles qui le composent, la structure de l'ouvrage reste des plus simples : un chapitre pour chaque année, de 1963 à 1971 et une conclusion qui se situe en 1983. Le regard affûté de Denis ohnson, et son recours à une prose à la fois ciselée et vivante nous plonge au plus profond des noirceurs de la guerre et du monde encore plus toxique de l'espionnage. Comme dans tous les romans de Johnson, le véritable sujet de ce livre est la possibilité de la grâce dans un monde mystérieux, théâtre d'inexplicables souffrances. Non seulement Denis Johnson parvient à rendre compte de l'aura à la fois dérangeante et hallucinatoire de la guerre du Vietnam avec un talent aussi affirmé qu'un Stephen Wright ou un Francis Ford Coppola, mais il montre aussi le déclin de ses personnages avec une précision d'une émotion bouleversante. Il a écrit un roman profondément évocateur, qui deviendra à coup sûr un classique de la littérature issue de cette guerre tragique et étrangement familière. Arbre de fumée n'est pas sans évoquer Un Américain bien tranquille de Graham Greene, l'univers de Tim O'Brien, ou les films de Coppola et de Cimino. Les lecteurs familiers de l'époque y retrouveront ses moments forts : l'offensive du Têt, les morts de Martin Luther King et de JFK, la chute de Saïgon...

  • Voici un bref et parfait roman en forme de biographie d'un certain Robert Grainier, travailleur pauvre
    de l'Ouest américain au début du XXè siècle. Cette fiction est un compact condensé de toutes les
    obsessions de Denis Johnson : les états limites, les frontières psychiques, le deuil impossible, la
    frange qui sépare le connu de l'inconnu, le chien du loup, l'homme de l'animal, le grand chantier
    américain entre le monde naturel et la société humaine, la ligne si mince entre la vertu et le mal, à
    chaque page présente dans ce texte formidablement bizarre, curieusement baudelairien, dont la
    concision relève souvent du registre poétique.
    Choisissant cette fois les oripeaux de la biographie, énième déguisement de l'écrivain caméléon dont
    la personnalité semble muter comme un virus à chaque nouveau livre, Denis Johnson poursuit
    néanmoins ici son exploration obstinée de la part irrationnelle de ce qu'on peut appeler le « potentiel
    humain ». Le classicisme ciselé de l'écriture de Johnson est un leurre, tout comme le mythe de la
    personnalité : chaque bref chapitre fait voler en éclats ce qui pourrait brièvement passer comme le
    centre de cette fiction ? les tribulations d'un Robert Grainier diaphane et pourtant passionné par la
    construction des ponts de chemin de fer à laquelle in participe comme simple ouvrier ; ou bien le
    deuil qu'il ne parvient pas à faire de son épouse Gladys et de leur petite fille Kate, disparues dans
    l'incendie de la vallée de Moeya, au nord de l'Idaho, où ils vivaient dans la solitude d'une immense
    forêt ; ou encore les rapports terrifiants, fantastiques, qu'il entretient avec les loups : la petite Kate
    serait-elle devenue une fille-louve ? Les loups peuvent-ils domestiquer un humain oe

    1 autre édition :

  • Jimmy Luntz est un petit truand très sympathique, un joueur professionnel qui tremble de peur lorsqu'il s'agit d'affronter des vrais malfrats ; Anita Desidero est quant à elle une ravissante et très alcoolique métisse indienne qui cherche à arnaquer le juge et le procureur corrompus d'une petite ville. On croise aussi de vrais méchants : Juarez, faux Mexicain mais vrai mac, et son homme de main, Gombol, un gros dur au coeur tendre. Quand Jimmy Luntz tire une balle dans la cuisse de Gombol sur une aire d'autoroute, les rouages de cette mécanique romanesque se mettent à tourner et à broyer tout ce qui ferait mine de leur résister.

    1 autre édition :

  • " English se vit debout dans une salle de cinéma, une grenade à la main, et il se dit en pleurant : Dieu m'a ordonné de le faire.
    Il vit Simone Weil se perdre dans la mort pour obéir aux ordres de sa divine conscience et éteindre, pour elle, le monde entier; des malades mentaux grimper au sommet de constructions élevées et faucher à coups de fusil, sur l'ordre de Dieu, des gens qu'ils n'avaient jamais vus; une manchette de journal : LA MÈRE FAIT RÔTIR SON BÉBÉ POUR CHASSER LE DIABLE. A sa droite et à sa gauche, English entendait les boissons tournoyer dans les verres.
    Le torchon du barman était tombé de son côté sur le comptoir en métal, et un des coins trempait dans l'eau. C'était tout ce dont English avait conscience... "

  • Ce livre, publié aux États-Unis en 2001, réunit des reportages réalisés par Denis Johnson dans les années 90.
    Il s'ouvre sur la guerre civile au Libéria avec la relation de l'effroyable exécution du président Samuel K. Doe et se termine quelques années plus tard, également au Libéria et toujours en pleine guerre civile, avec le récit cauchemardesque des tribulations de l'auteur en quête d'une interview avec Charles Taylor. Entre-temps, Denis Johnson nous a conduits chez les taliban d'Afghanistan et parmi les tribus rebelles de Somalie.
    Johnson n'essaye pas de comprendre ces situations, il ne leur applique pas de grille de lecture géopolitique, mais il les vit ou les subit avec une attitude très personnelle. C'est avec un regard analogue qu'il enquête aux marges de la société américaine, visite une des dernières grandes manifestations hippies, retrouve l'esprit pionnier de l'Alaska et participe à un revival religieux. Avec Pistes, le lecteur français découvre un autre Denis Johnson, toujours aussi excessif et surprenant.

  • **A NEW YORK TIMES CRITICS' TOP BOOK OF 2018** The Largesse of the Sea Maiden is the long-awaited new story collection from Denis Johnson, author of the groundbreaking, highly acclaimed Jesus' Son. Written in the same luminous prose, this collection finds Johnson in new territory, contemplating mortality, the ghosts of the past, and the elusive and unexpected ways the mysteries of the universe assert themselves.

    Finished shortly before Johnson's death, this collection is the last word from a writer whose work will live on for many years to come.

  • **A NEW YORK TIMES CRITICS' TOP BOOK OF 2018** The Largesse of the Sea Maiden is the long-awaited new story collection from Denis Johnson, author of the groundbreaking, highly acclaimed Jesus' Son. Written in the same luminous prose, this collection finds Johnson in new territory, contemplating mortality, the ghosts of the past, and the elusive and unexpected ways the mysteries of the universe assert themselves.

    Finished shortly before Johnson's death, this collection is the last word from a writer whose work will live on for many years to come.

  • Roland Nair travaille pour l'Otan. Après dix ans d'absence au Sierra Leone, cet agent danois est de retour à Freetown : son ami Michael Adriko souhaite lui présenter sa fiancée américaine. Personnage trouble, qui aurait entre autres servi dans l'armée ghanéenne et dans la garde rapprochée de l'émir du Koweït, Adriko vient de déserter une unité des forces spéciales américaines opérant en Afrique. Nair soupçonne rapidement que l'amitié n'est pas le seul motif de son invitation mais accepte néanmoins d'accompagner le couple dans le centre de l'Afrique pour rendre visite au clan d'Adriko.

    Multipliant tromperies, péripéties et enlèvements, les trois voyageurs vont pénétrer clandestinement dans une zone de combats, à la frontière entre Ouganda et Congo.

    « [On lit Denis Johnson] pour l'effet troublant et l'éclatante stupéfaction qu'il procure. Un écrivain devrait toujours écrire de façon à ce que personne ne puisse ignorer le monde alentour, et que personne ne puisse dire qu'il n'a rien à voir avec tout ça. [.] C'est ainsi que Johnson écrit. » The New York Times Book Review.

    « Ce roman est un merveilleux exemple de l'écriture de Johnson dans son style le plus accessible. » The Daily Beast

  • 1 autre édition :

  • Deja mort

    Denis Johnson

    Tous les personnages ou presque de ce roman gothique californien semblent atteints du trouble psychique qualifié de MPD ou " Multiple Personality Disorder ".
    De cette étrange et récente propension à endosser successivement plusieurs identités, à changer de masque selon l'humeur du moment et à être victime d'une schizophrénie galopante, les films de David Lynch et le présent roman fournissent l'exemple le plus halluciné. La côte nord de la Californie, son isolement et ses longues périodes de brouillard offrent un cadre idéal à ce syndrome ; car, même si les crypto-hippies continuent d'y vivre leur utopie ridée dans leur bulle temporelle, d'autres habitants tracent dans ce paradis douteux des trajectoires autrement plus dangereuses : Van Ness vient d'y mourir pour renaître dans la peau d'un tueur ; Nelson Fairchild, riche héritier alcoolique, est à la recherche d'une nouvelle incarnation ; Wilhelm " Frankenstein " a tout perdu au poker du crack et de la cocaïne, et l'inénarrable flic Navarro se sent glisser, doucement mais sûrement, vers l'irrationnel et les puissances occultes.
    Denis Johnson entrelace en virtuose les fils de ces destins disparates, ouvrant de multiples abîmes devant un lecteur en définitive autant malmené par l'auteur de " Jesus'Son " que les héros de " Blue Velvet " ou de " Lost Highway ".

  • Anglais Angels

    Denis Johnson

    Angels is the story of two born losers. Jamie is escaping with the two baby girls from a husband who has gone zombie-like on her. Bill is dreaming of making it big in a life of crime so natural to him that any other way would make no sense. They meet on a Greyhound bus, and team up because they have nowhere else to go. So begins a stunning, tragic odyssey thought the dark flipside of America - the bars, bus stations, mental wards and prisons of the legions of the lost where Jamie and Bill travel on their inevitable downward spiral though rape, alcohol, drugs, and crime to madness and death.

  • 'In this land of chaos and despair, all I can do is wish for magic armour and the power to disappear.' Freetown, Sierra Leone. A city of heat and dirt, of guns and militia. Alone in its crowded streets, Captain Roland Nair has been given a single assignment. He must find Michael Adriko - maverick, warrior, and the man who has saved Nair's life three times and risked it many more.



    The two men have schemed, fought and profited together in the most hostile regions of the world. But on this new level - espionage, state secrets, treason - their loyalties will be tested to the limit.



    This is a brutal journey through a land abandoned by the future - a journey that will lead them to meet themselves not in a new light, but in a new darkness.

  • Anglais Tree of Smoke

    Denis Johnson

    Tree of Smoke - the name given to a 'psy op' that might or might not be hypothetical and might or might not be officially sanctioned - is Denis Johnson's most gripping, visionary and ambitious work to date. Set in south-east Asia and the US, and spanning two decades, it ostensibly tells the story of Skip Sands, a CIA spy who may or may not be engaged in psychological operations against the Viet Cong -- but also takes the reader on a surreal yet vivid journey, dipping in and out of characters' lives to reveal fundamental truths at the heart of the human condition. 'A Catch-22 for our times' Alan Warner, Books of the Year, Observer 'The God I want to believe in has a voice and a sense of humour like Denis Johnson's' Jonathan Franzen 'An epic of drenched sensuality and absurdly chewable dialogue, as though Don DeLillo and Joseph Heller had collaborated on a Vietnam war novel' Steven Poole, Books of the Year, New Statesman

  • The Largesse of the Sea Maiden is the long-awaited new story collection from Denis Johnson, author of the groundbreaking, highly acclaimed Jesus' Son. Written in the same luminous prose, this collection finds Johnson in new territory, contemplating mortality, the ghosts of the past, and the elusive and unexpected ways the mysteries of the universe assert themselves. Finished shortly before Johnson's death, this collection is the last word from a writer whose work will live on for many years to come.

  • Twenty-five years after Jesus’ Son, a haunting new collection of short stories on mortality and transcendence, from National Book Award winner and two-time Pulitzer Prize finalist Denis Johnson
    The Largesse of the Sea Maiden is the long-awaited new story collection from Denis Johnson. Written in the luminous prose that made him one of the most beloved and important writers of his generation, this collection finds Johnson in new territory, contemplating the ghosts of the past and the elusive and unexpected ways the mysteries of the universe assert themselves.
    Finished shortly before Johnson’s death, this collection is the last word from a writer whose work will live on for many years to come.
    Praise for The Largesse of the Sea Maiden
    /> “Denis Johnson’s posthumous collection winks from beyond the grave. . . . Johnson told aspiring authors to write as if ink were blood, because it is precious. So are farewells like this. . . . It is a vital addition to Johnson’s oeuvre.”--Time
    “Johnson offers visions and sadness and laughter. But it’s the sentences--those adamantine, poetic sentences--that made him one of America’s great and lasting writers. It’s the sentences that live on.”--The Boston Globe
    “The secret of all this is the shifting wattage, the slipshod magnificence and crazy wonder of the Johnsonian sentence. Clause by clause, word by word, anything becomes plausible. . . . Whatever Johnson had gone through, however he expressed it on the page, it would all have been wasted had it not ended up being funny, because then a major percentage of wisdom would have been missing. . . . He led a certain life and found ways of giving expression to that life.”--Geoff Dyer, The Guardian
    “We lost one of the great writers of his generation last year, but before his death, Denis Johnson finished off one final, brilliant short story collection. . . . Beautifully indicates Johnson’s singular voice, the way he contemplated the past and edges toward the cosmic.”--Entertainment Weekly
    “These four stories rank with Johnson’s best work, but the title story, a catalogue of singular moments related by a man who tells us he’s passing through life as if it were a masquerade, ranks with the best fiction published by any American writer during this short century.”--New York Magazine

  • Si vous aimez l'aventure, les faits historiques, la passion, les intrigues et l'amour, alors ce livre est pour vous.


    Si vous voulez tout savoir sur les gens du sérail et les anonymes qui ont leurs noms gravés dans le grand livre de l'histoire de l'automobile, alors oui ce roman a bien été écrit pour vous. Ainsi grâce à leurs aventures durant les premières courses, René Panhard et Emile Levassor seront reconnus comme étant les précurseurs de la première voiture à moteur.


    Si des noms comme Louis Lumière, Rudyard Kipling, Alfred Nobel, Berta Benz, Herbert G. Wells vous interpellent, Jules de Beauregard les a rencontrés pour vous et dès lors, vous devez lire cet ouvrage.

    Si je vous dis que Mercedes n'est ni la fille de Gottlieb Daimler et encore moins celle de Carl Benz, alors qui est cette femme énigmatique dont le prénom est apposé sur les voitures de Gottlieb Daimler, et pourquoi ? Jules de Beauregard vous invite à plonger dans ce roman et à élucider de nombreux mystères.

  • JESUS SON

    Denis Johnson

  • Publié en 1986 aux États-Unis, Des étoiles à midi s'inscrit à première vue dans la tradition du roman anglo-saxon qui, de Joseph Conrad à Paul Bowles en passant par William Vollman, nous entraîne, au-delà des frontières de l'Empire, vers la sauvagerie de cieux faussement protecteurs.
    Mais ici, dans ce Nicaragua de 1984 en pleine révolution sandiniste, le traditionnel héros est une jeune Américaine énigmatique - prostituée ? journaliste ? employée d'une ONG ? - et le décor évoque un enfer moite et décomposé. À Managua seuls le rhum, la " clim " et le sexe offrent un répit passager ; mais lorsque la narratrice et son naïf protégé anglais veulent fuir cet enfer pour rejoindre le Costa Rica voisin, c'est à leur insu dans un cercle plus brûlant de l'enfer qu'ils pénètrent.
    Tirant parti de son expérience de journaliste sur le terrain, Denis Johnson offre ici sa version déliquescente et putride de Notre agent à La Havane, son Grand Sommeil saturé de cauchemars terrifiants où personne ne voit " les yeux innombrables du monde obscur qui observent ".

  • Anglais Tree of Smoke

    Denis Johnson

    1 autre édition :

empty