• Livia rêvait d'une soirée inoubliable pour son quarantième anniversaire. Alors Adam, son mari, a fait en sorte que la fête soit grandiose. Leurs amis sont tous là. Ne manque plus que leur fille, Marnie, qui viendra exprès de Hong Kong - Livia ne le sait pas, ce sera une surprise. Un sujet de conversation jette un furtif voile d'ombre parmi les invités : un avion s'est écrasé au Caire, le matin même. Mais il suffit d'un verre ou d'une invitation à danser pour ne plus y songer. Seul Adam le sait : Marnie aurait dû être à bord de cet avion. Heureusement, pense-t-il, qu'elle a manqué sa correspondance et qu'elle n'a donc pas pu monter à bord. Sans doute a-t-elle été transférée sur un autre vol. Dès lors, pas la peine d'inquiéter Livia, n'est-ce pas ?...

  • Layla a disparu il y a douze ans, en pleine nuit, sur une aire d'autoroute française. Elle rentrait en Angleterre avec son petit ami, Finn, après leurs vacances. On ne l'a jamais revue depuis.
    Finn a raconté la vérité sur ce qui s'est passé cette nuit-là. Mais pas toute la vérité. Ni aux policiers qui l'ont interrogé lors de l'enquête, ni même à Ellen, la soeur de Layla, avec laquelle il a refait sa vie et qu'il s'apprête à épouser.
    Quand un de leurs voisins croit apercevoir Layla près du cottage où vivent Finn et Ellen, le passé ressurgit. Finn reçoit d'étranges et inquiétants e-mails. Layla serait-elle encore en vie ? Et de petites poupées russes, souvenirs de l'enfance des deux soeurs, font soudain leur apparition...

  • Jack et Grace ont tout pour eux. Le charme, l'amour, l'aisance financière, une superbe maison. Lui, avocat brillant, elle, maîtresse de maison idéale. Le bonheur. Du moins, en apparence. Pourquoi ne voit-on jamais Grace sans son mari ? Nous avons tous dans notre entourage un couple comme celui qu'ils forment, le genre de duo qui fait rêver. Et pourtant, parfois, un mariage parfait cache un men­songe parfait.
    Et vous, connaissez-vous vraiment vos amis ? A l'instar des Apparences de Gillian Flynn, le piège cruel et diabolique de Derrière les portes, vendu à près d'un million d'exemplaires en Angleterre, vous glacera.

  • Alice croyait avoir trouvé la maison de ses rêves...
    Quand Léo et elle emménagent au Cercle de Finsbury, une résidence haut de gamme en plein Londres, la jeune femme est persuadée de prendre enfin un nouveau départ. Et tant pis si les choses sont allées un peu vite avec Léo et si celui-ci a pris en charge leur emménagement sans véritablement la consulter. La maison est parfaite, la résidence idéale, et les voisins semblent si accueillants !
    ... Mais ce fut celle de ses pires cauchemars.
    Lorsqu'Alice apprend que Nina, qui vivait dans la maison avant qu'ils n'emménagent, y a été sauvagement assassinée, le vague sentiment d'insécurité qu'elle ressentait jusqu'alors se transforme en peur, puis en terreur. Une présence étrange semble hanter les murs et ni Léo, qui semble lui cacher beaucoup de choses, ni les voisins, qui consacrent le plus clair de leur temps à s'épier les uns les autres, ne la rassurent.
    Et puis l'on passe bien trop facilement d'une maison à l'autre, à l'intérieur du Cercle, pour pouvoir y dormir en paix.

  • Mariés depuis un an, Cassandra et Matthew vivent un bonheur sans nuages. Jusqu'à ce soir où un orage pousse Cass à emprunter une route qu'elle n'aurait jamais dû prendre, à travers la forêt. Trop isolée, trop sombre, trop dangereuse. D'ailleurs, lorsqu'elle dépasse une voiture immobilisée sur le bord de la chaussée, Cass hésite et choisit finalement de ne pas proposer son aide à la femme qui se trouve à l'intérieur. Le lendemain, celle-ci est retrouvée sauvagement assassinée. Cass est assaillie par la culpabilité. Et les coups de fil anonymes qu'elle reçoit désormais transforment ses angoisses en terreur. Elle en est persuadée : quelqu'un l'a vue, ce soir-là. Quelqu'un qui continue de l'observer. Pourtant ni Matthew ni Rachel, sa meilleure amie, ne prennent ses craintes au sérieux. Et Cass elle-même commence à douter.Tout va crescendo dans ce thriller machiavélique et psychologique. L'auteur joue avec nos nerfs et nous laisse peu de répit. Sandrine Bajos, Le Parisien.Traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par Vincent Guilluy.

empty