• le symbole est, pour la bible, la chair même de son langage.
    le seigneur qui a créé le monde par sa parole fait de toutes choses une parole et peut ainsi articuler un message qui s'adresse à l'homme tout entier, à son intelligence, à son ardeur émotionnelle, à son sens de la beauté. cet appel passe aussi par l'horreur et la violence, tissées comme toile de fond du destin tragique de l'humanité. la symbolique biblique n'est pas un système de formules codées. le verbe de dieu n'est pas gardé sous clef, une clef que conserveraient jalousement les initiés d'une religion à mystères.
    elle ressemble plutôt à la graine que le semeur jette dans le champ, sans trop se soucier de la rentabilité de son investissement. tel est le père du ciel qui fait pleuvoir sa parole sur les coeurs fertiles comme sur les esprits secs. le présent lexique ne relève pas d'une philosophie particulière et ne propose pas davantage une méthode pédagogique déterminée. il s'efforce de regrouper les principaux symboles pour leur permettre de
    s'éclairer mutuellement, par affinité ou par contraste.
    par affinité, les symboles peuvent se regrouper en constellations.
    ces ensembles célestes tiennent leur cohérence de l'oeil qui les réunit. le regard spirituel, pour sa part, assemble les symboles de manière très originale. il révèle leur affinité naturelle, mais un symbole particulier peut entrer en composition dans des séries fort diverses, voire opposées.
    par contraste, le fond et la forme peuvent révéler la richesse
    secrète de réalités ainsi affrontées.
    des assemblages contradictoires deviendront alors significatifs : l'eau qui brûle, le feu qui rafraîchit. la poésie inspirée de la bible maintient ainsi un fil conducteur entre les diverses étapes de la révélation. les symboles bibliques sont ici présentés par thèmes, lesquels suscitent de multiples variations. ces ensembles de signes se recoupent ou se distinguent pour assurer le rayonnement et la fascination du texte.
    c'est dans cette organisation inspirée que la symbolique biblique révèle la vie intense et l'ardeur de la parole qui sauve.

  • Le terme mantra a un sens bien précis : « instrument pour la méditation ». Ce mot sanskrit désigne une pratique courante dans l'hindouisme et le bouddhisme. Il s'agit d'une invocation répétitive capable d'instaurer le silence intérieur favorable à la contemplation. La pratique du mantra est un acte religieux qui a, très tôt, concerné le christianisme et, plus tard, l'islam de tradition soufie. Il est également possible de repérer de semblables pratiques d'origine chamanique dans les traditions amérindiennes.

    Maurice Cocagnac, dominicain, rappelle que dans le christianisme, l'Invocation du Nom de Jésus est ancienne et date de l'époque apostolique. La prière répétitive des chrétiens - litanies, rosaire et usage des psaumes à refrain - a toujours recherché un accès à la contemplation que l'on peut aussi nommer oraison ou méditation profonde. Ce livre révèle le tronc commun de la prière de diverses religions ; il précise aussi les différences qui permettent de se garder de toute confusion.

  • Itinéraire original d'une recherche à travers la magie mexicaine, et surtout la médecine chamanique, ces Rencontres avec Castaneda et Pachita la guérisseuse sont le témoignage passionnant d'un frère dominicain qui a admirablement saisi la dimension spirituelle des lieux aztèques et toltèques qu'il a visités et des êtres qu'il a rencontrés : en particulier Pachita, vieille guérisseuse pratiquant un de ces nombreux cultes indigènes amérindiens qui ont longtemps survécu dans les communautés isolées et qui se sont répandus au XXe siècle dans les villes latino-américaines.
    "Pachita et Carlos Castaneda, dit Maurice Cocagnac, se sont curieusement relayés pour m'introduire dans le secret d'une sagesse qui est avant tout la pratique d'un cheminement intérieur. Le monde n'est pas un spectacle mais un mystière frappé en creux par le sceau de la Parole créatrice."

  • À travers ce journal d'un voyage au Mexique et au Guatemala, Maurice Cocagnac témoigne de son parcours spirituel en quête des racines précolombiennes de la foi des indiens. Chalma, lieu de pélérinage proche de Mexico, où Indiens et Métis viennent fêter Noël, est le symbole de l'étonnanye symbiose entre christianisme et traditions anciennes que l'on rencontre en amérique centrale. Maurice Cocagnac, dominicain, a longtemps étudié l'art sacré des religions non chrétiennes, aussi bien que les techniques de méditations orientales. Il a publié de nombreux ouvrages parmi lesquels un Dictionnaire des symboles bibliques (Cerf) et Rencontre avec Castaneda et Pachita la guérisseuse (Albin Michel) dont ce livre est le prolongement.

empty