Dictionnaires / Encyclopédies / Documentation

  • Dico romand Nouv.

  • En France, la population est urbaine à près de 80%. Le lien qui unissait l'homme à la nature des millénaires durant s'est incontestablement distendu. Mais il a imprégné notre culture, plus profondément que nous ne le soupçonnons sans doute. Il resurgit dans nos superstitions et dans les contes pour enfants, par exemple.

    La langue française, elle aussi, garde la mémoire de notre ancienne vie rurale : sans même parler des dictons ou des proverbes, les animaux ont leur place dans bon nombre d'expressions auxquelles nous ne prêtons guère attention. C'est dommage, car elles recèlent bien des mystères: le lynx a-t-il vraiment une si bonne vue ? L'âne est-il stupide ? La linotte est-elle distraite ? Et que penser des appellations étranges, comme « dindon de la farce » ou « ours mal léché » ? Tantôt utilisées à mauvais escient, tantôt malmenées par nos approximations, ces formules mettant en scène les bêtes à poil et à plume méritent quelques éclaircissements : leur sens et leur étymologie sont présentés dans ce dictionnaire savant et drôle.

    Anglicismes, hispanismes et germanismes entre autres fourmillent également de locutions peuplées d'animaux, tout aussi amusantes ! Ainsi, « mettre la charrue avant les boeufs » devient en allemand « mettre la queue avant le cheval ». Des expressions de l'ancien français, très imagées et toujours bien trouvées mais aujourd'hui oubliées figurent également dans cet ouvrage. Ces incursions dans les langues, anciennes ou étrangères, font l'originalité de ce livre. Notons enfin qu'à chaque animal correspond une « échappée belle », sous forme de rubrique en rapport avec le nom de la bête (rapport historique, naturaliste, ou culturel), qui peut toucher un troisième public amateur d'érudition.

  • Dans le cochon, tout est bon ! a condition de pouvoir en manger, car pour les communautés juives et musulmanes, cette viande est taboue ! un peu de steak de chien ou une tranche de serpent ? ça vous rebute ? vous mangez bien des grenouilles et des escargots ! alors pourquoi pas une fricassée de limaces ? des goûts et des couleurs, direz-vous.
    Exact, car les tabous alimentaires varient de pays en continents, de cultures en traditions et suivant l'histoire. la faim fait sortir le loup du bois " affirme le dicton, et en cas de famine, le loup finira à la broche. avec toutes les catastrophes alimentaires du siècle dernier (vache folle) et du xxe (grippe aviaire), on ne sait plus quoi manger et l'on s'autocensure, d'autant que les médias ne nous aident guère : un jour ceci est mauvais pour la santé, la semaine suivante le même produit est recommandable ! bref, nous ne sommes plus sûrs de rien.
    Ce dictionnaire des tabous alimentaires vous remettra les idées à l'endroit, vous guidera dans vos menus, avec humour et sérieux. après tout, les chenilles sont excellentes et les sauterelles frites bien meilleures qu'une saucisse trafiquée. vous mangez bio ou vous êtes végétarien ? vous trouverez ici matière à sustenter vos cellules grises comme votre estomac. et avant de dire beurk ! en avalant ce qu'il y a dans votre assiette, consultez ce dictionnaire pour bons vivants ! bon appétit !


  • avez-vous déjà essayé d'apprendre à conduire à côté de quelqu'un qui gémit râle et vous engueule ? c'est la même chose pour le multimédia.
    vous arrivez devant un parcours semé de mots nouveaux, de matériels étranges, de capacités inexpliquées et, en guise d'accueil, le gardien du lieu vous bombarde nerveusement, rapidement, de termes incompréhensibles, d'acronymes et d'anglicismes aussi abscons qu'obscurs. y a pas à dire, ça contracte !. pour prendre les choses avec le bon côté de la cuillère, je vous propose ce dico. techniquement il y a tous les termes pour s'y retrouver dans le monde numérique (c'est la couche hiver en laine.
    ). a cela on ajoute un certain culte de la légèreté et un poil d'humour (c'est la couche été en coton. ). ainsi la marche à suivre est simple : lorsque vous tombez en arrêt devant un mot numérique, vous frottez le dico, le bon génie apparaît genre souriant, un peu play-boy, il vous balance une définition et la compréhension s'établit dans une sorte de halo bleuté. c'est magique ! face à l'obscur multimédia, ce dico est un antibrouillard.


  • Depuis toujours, l'oseille n'a cessé de préoccuper les hommes. De Job à Rothschild, en passant par Crésus ou Judas, l'argent est le moteur de toute activité humaine. On le retrouve donc très présent dans ce livre sous ses diverses appellations les plus cocasses : pognon, braise, flouze, galette, fraîche, etc.

    L'impressionnant vocabulaire du corps humain participe également de la fonction purement festive de la langue verte. Quand la calvitie devient une patinoire à mouches ou une boule de billard, et que l'oreille est comparée à un entonnoir à musique ou à une étagère à mégot (pour ceux qui y mettent leur cigarette), ce sont des métaphores qui sentent l'autodérision et sont dues à l'inventivité et à la fantaisie de l'homme de la rue ou du pilier de bar.

    Quant au truand, son vocabulaire est particulièrement riche quand il veut évoquer ses affaires louches en toute discrétion, par exemple quand le proxénète va « relever les compteurs ».

    La picole et la bouffe sont aussi des registres infinis d'expressions argotiques drôles et inattendue. A noter quand même qu'à l'exception de l'eau (Château-Lapompe, sirop de parapluie, jus de grenouille, expressions surtout utilisées par sarcasme...), l'argotier use d'une grande modération pour évoquer les boissons non alcoolisées, réduites à la portion congrue !

    Enfin, le parler des banlieues a aussi sa place dans ce guide ludique : « Après avoir tagué abribus et cabines téléphoniques, les jeunes scarlas vinrent faire un peu de toboggan au jardin public. ».

  • Sur le bout de la langue

    Arnaud Simon

    • Favre
    • 23 Juin 2016

    "Parler français comme une vache espagnole", "au diable vauvert", "se tenir à carreau" - nous utilisons très souvent une foule d'expressions toutes faites, mais en connaissons-nous bien le sens et la provenance?
    À tous ceux qui ont la réponse "sur le bout de la langue" mais ne parviennent pourtant pas à s'en souvenir clairement, ce livre fera office de délivrance!
    L'auteur lève en effet le mystère sur plus de deux cents locutions. Au gré de ses explications, il nous invite tantôt à la cour des grands, nous dépeint au contraire la vie des petites gens d'autrefois, ou encore nous entraîne dans les épisodes rocambolesques de la mythologie.
    Ce recueil d'expressions, sélectionnées pour leur origine "pas piquée des vers", est à utiliser comme un dictionnaire étymologique, à parcourir pour votre plaisir ou à dévorer d'une traite!
    Que vous soyez d'humeur à "sabler le champagne" ou à "ronger votre frein", cet ouvrage plein d'humour saura vous distraire tout en vous instruisant. Et rien que pour cela, il "vaut son pesant d'or".

empty