Chiflet

  • " En compagnie de ces six volumes le lecteur réalisera une promenade buissonnière et amoureuse à travers la langue française, son histoire, ses anecdotes, son orthographe, sa grammaire, ses figures de style, ses défenseurs ou l'histoire souvent surprenante de ses mots. Libre flânerie au gré de son abécédaire et ses entrées, tantôt sérieuses tantôt espiègles, qui l'emmènera de l'antéisagogue au xénisme en passant par le concuvi, le couillard, le sirventès, et qui mettra fin à ses angoisses devant les redoutables pièges de l'accord du participe passé des verbes pronominaux. Il y rencontrera la langue des oiseaux, celle des fleurs, du poissard, du latin contemporain, les mots de Georges Brassens ou de Marcel Proust et même le vocabulaire « high tech ».
    Et qui sait. peut-être, grâce à cette lecture, sera-t-il guéri de son hippopotomonstrosesquippedaliophobie ?
    Métonymie Et bientôt vous verrez mille auteurs pointilleux. Huer la métaphore et la métonymie. (Boileau, Ép. X) Peu éloignée de la métaphore, la métonymie, du grec méta « en changeant » et onymos « nom », se fonde sur un rapport de voisinage et sur un rapport de relation logique entre deux réalités, alors que la métaphore repose sur un rapport de ressemblance entre deux réalités.
    Elle fait partie de nos expressions courantes lorsque par exemple on prend :

    La cause pour l'effet : Mars pour la guerre Le signe pour la chose signifiée : le sceptre pour la royauté Le lieu d'origine : le camembert L'instrument pour l'agent : le premier violon de l'orchestre L'auteur pour l'ouvrage : emporter son Balzac"

  • À l'image de Tout l'or des mots et du Bonheur des mots publiés à la fin des années 80 sous la plume du regretté Claude Gagnière (à qui ce livre est dédié), Oxymore mon amour est une encyclopédie pratique, irrévérencieuse et parfaitement subjective des notions essentielles pour comprendre et parler notre langue. Quelques entrées :

    Abréviation, Anacoluthe, Bescherelle, Calembourg, Duchamp, Esperluette, Francophonie, Grammaire, Homophonie, Incipits, Jargon, Littré, Métaphore, Néologisme, Oulipo, Palindrome, Quelque, Résidant, Synecdoque, Truisme, Us, Virelangues, Zeugme.

  • En compagnie de ces six volumes le lecteur réalisera une promenade buissonnière et amoureuse à travers la langue française, son histoire, ses anecdotes, son orthographe, sa grammaire, ses figures de style, ses défenseurs ou l'histoire souvent surprenante de ses mots. Libre flânerie au gré de son abécédaire et ses entrées, tantôt sérieuses tantôt espiègles, qui l'emmènera de l'antéisagogue au xénisme en passant par le concuvi, le couillard, le sirventès, et qui mettra fin à ses angoisses devant les redoutables pièges de l'accord du participe passé des verbes pronominaux. Il y rencontrera la langue des oiseaux, celle des fleurs, du poissard, du latin contemporain, les mots de Georges Brassens ou de Marcel Proust et même le vocabulaire " high tech ". Et qui sait... peut-être, grâce à cette lecture, sera-t-il guéri de son hippopotomonstrosesquippedaliophobie ?
    Paronomase : La paronomase, sans paranoïa ni mauvais jeu de maux, est une figure de style qui consiste à rapprocher dans une phrase deux termes, nommés paronymes, qui ont des sens différents mais des prononciations rapprochées. Plus subtile, la paronomase implicite ne cite qu'un seul paronyme, qui prend la place de l'autre. Ces deux figures de style sont très utilisées dans les proverbes, titres d'oeuvre, et nombreuses sont les citations qui en comportent.
    (Et, comme mon intention n'est pas de perdre votre attention, voici quelques exemples célèbres : Qui vole un oeuf vole un boeuf (Proverbe). Qui se ressemble s'assemble (Proverbe). Espèces d'espaces (titre d'une oeuvre de Georges Perec). L'Infra-ordinaire (titre d'une autre oeuvre de Georges Perec, paronomase implicite). Et l'on peut me résoudre à vivre sans bonheur, Mais non pas me réduire à vivre sans honneur (Extrait du Cid de Corneille).

  • En compagnie de ces six volumes le lecteur réalisera une promenade buissonnière et amoureuse à travers la langue française, son histoire, ses anecdotes, son orthographe, sa grammaire, ses figures de style, ses défenseurs ou l'histoire souvent surprenante de ses mots. Libre flânerie au gré de son abécédaire et ses entrées, tantôt sérieuses tantôt espiègles, qui l'emmènera de l'antéisagogue au xénisme en passant par le concuvi, le couillard, le sirventès, et qui mettra fin à ses angoisses devant les redoutables pièges de l'accord du participe passé des verbes pronominaux. Il y rencontrera la langue des oiseaux, celle des fleurs, du poissard, du latin contemporain, les mots de Georges Brassens ou de Marcel Proust et même le vocabulaire « high tech ».
    /> Et qui sait... peut-être, grâce à cette lecture, sera-t-il guéri de son hippopotomonstrosesquippedaliophobie ?

  • Cet ouvrage aussi original que prestigieux, devrait nous apporter autant de satisfaction qu'Oxymore mon Amour !

    Jean-Christophe Tomasi, professeur de mathématiques à l'université de Corse, est aussi passionné par la langue française ! Il note depuis plus de vingt-cinq ans les mots rares rencontrés au gré de ses nombreuses lectures et introuvables dans les dictionnaires usuels.

    Qui sont les « cydalises* » célébrées par Hugo ou Nerval ? Que signifie l'adjectif « alexipharmaque** » cité par Mérimée ? Et l' « amok*** » cité par Sartre dans La Nausée ? À moins que vous ne préfériez savoir ce que Michel Tournier, dans Le Roi des Aulnes veut dire lorsqu'il écrit que son personnage « s'abnie**** ».

    C'est un ouvrage inédit que nous propose Jean- Christophe Tomasi qui s'apparente à un travail de moine copiste, car sa grande originalité réside dans le fait que les quelque 800 mots présents dans le livre sont tous cités dans leur contexte littéraire :

    Anagnoste. [nm] Esclave qui faisait la lecture pendant les repas des Romains ou dans les collèges.
    Il est vrai qu'à la dernière lecture, l'anagnoste accablé s'endormit si profondément, qu'avant qu'il pût s'en apercevoir, le manuscrit était consumé par la flamme. (Ch. Nodier).
    Par ext., toute personne qui fait une lecture aux autres.

    * Cidalise, cydalise. [nf] terme du théâtre du XVIIIe siècle désignant de jeunes comédiennes ou danseuses, par ext., femme séduisante.

    ** Alexipharmaque. [nm, adj] Antidote. Par ext. [adj], doué de propriétés merveilleuses.

    *** Amok. [nm] Folie meurtrière particulière au Malais. Par synecdoque [n, adj], individu qui se trouve dans cet état de folie.

    **** Abnier (s'). [vp] Se sacrifier.

empty